TEAM FPT
Le forum du FULL POWER TEAM permet d'échanger des informations mécaniques en tous genres entre membres
100% GRATUITEMENT !
Nous avons +9000 membres enregistrés, alors n'hésitez plus !

Rejoignez le Team, Inscrivez-vous !


The forum FULL POWER TEAM for exchanging information of all kinds between mechanical members
100% FREE !
We have +9000 registered members, do not hesitate !

Join the Team, Sign up !



 
AccueilSite officielGalerieCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 482 le Ven 6 Mai 2011 - 22:50
Derniers sujets
» Notice challenger 4
Lun 24 Juil 2017 - 14:49 par joshian

» Lancia Delta Hf Integrale 8v prépa groupe A
Jeu 29 Juin 2017 - 23:05 par remy06710

» 205 td 2.1 8 soupapes
Jeu 29 Juin 2017 - 22:53 par remy06710

» 5 GT TURBO MOTEUR CLIO 2RS TURBO
Jeu 4 Mai 2017 - 23:02 par mika33

» Ajuster la bonne pression d'essence prépa moteur turbo
Mar 2 Mai 2017 - 16:18 par Arnauld

» Ou sont les anciens de Fpt
Dim 23 Avr 2017 - 21:46 par remy06710

» Probléme bruit TURBO PREPARE
Ven 10 Mar 2017 - 14:46 par tisqual

» 306 swap TCT .. Bien preparer le terrain...
Sam 14 Jan 2017 - 19:40 par pjt59

» 205 GTDTurbo ...TD12
Mar 13 Déc 2016 - 20:31 par alex30530

» Transvaser TCT de ZX à 306
Dim 4 Déc 2016 - 12:42 par da_sherminator

» reprogramation de calculateur
Jeu 1 Déc 2016 - 15:27 par dkarim

» 3o6 XSi 2.0l 16s > Présentation
Dim 20 Nov 2016 - 14:07 par terminator34

» zx volcane 1.9 td swap 2.1 td12
Dim 6 Nov 2016 - 12:30 par alex30530

» Acheter Vos Passeport / CNI / Permis De Conduire Français
Jeu 3 Nov 2016 - 11:38 par Laureant

» Région Rémoise
Mer 2 Nov 2016 - 21:16 par remy06710

» 205 swap td12
Mer 2 Nov 2016 - 21:10 par remy06710

» disparus de Mourmelon (site officiel)
Jeu 28 Juil 2016 - 11:27 par TARAKI

» PEUGEOT 205 moteur 405 T16
Dim 24 Avr 2016 - 10:00 par EVOLUTION T16

» 306 2.1 TD12 a la frite!
Dim 27 Mar 2016 - 13:33 par seb-as-tien

» 38 - Isère - RHÔNES-ALPES
Ven 25 Mar 2016 - 19:59 par BESSET

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Site référencé chez
Actualités du sport automobile
Tout sur le dragster en France

Street Racing Mania organisateur du KOE
La 205 DRAGSTER 2JZTE
Site de vente de pneus TOYO
Mise au point moteur compétition
Oreca Motorsport Company
Vente en ligne de pièces automobiles
Tentes pliables en 60s
CARBONE / KEVLAR / FIBRE DE VERRE

Partagez | 
 

 TUTORIAL - LE CARBURATEUR WEBER 40 DCOE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vladMI16
Pseudo banni
Pseudo banni
avatar

Masculin
Prénom : Non renseigné
Localisation : Pseudo banni
Date d'inscription : 08/01/2006


Expérience
Puissance moteur:
180/500  (180/500)
Circuit:
4/25  (4/25)
Run:
32/100  (32/100)

MessageSujet: TUTORIAL - LE CARBURATEUR WEBER 40 DCOE   Ven 9 Mar 2007 - 23:14



1) Le rôle du carbu

Un moteur a besoin de carburant pour fonctionner. Le carburateur joue le rôle de régulateur du mélange AIR/ESSENCE. Il fournit au moteur un mélange aux proportions appropriées quelque soit le régime.

2) Les trois règle à respecter

Pour avoir une carburation correcte il est primordial de respecter les trois règles de bases : DOSAGE, HOMOGENEITE, AUTOMATICITE :

a) Le dosage c'est à dire le respect de la proportion air/essence (en théorie 15g d'air pour 1g d'essence) un bon dosage entrainera une combution rapide et complète du mélange carburé. Le dosage détermine la richesse. Un mélange riche ( < 10g d'air / 1g d'essence) entrainera des imbrulés c'est a dire qu'il n'y aura pas assez d'air pour bruler l'essance ce qui provoquera une fumée noir a l'échappement et une consomation excessive). Un mélange pauvre ( > 20g d'air/ 1g d'essence) sera long a brûler. Cela pourra avoir pour effet un échauffement préjudiciable du moteur.

b) L'homogeneîté le mélange air/essence doit être parfait sont dozage doit être le même en tous les points de la veine gazeuse

c) L'automaticité permet une régulation du dosage quelque soit le régime : plus le ragime est elevé plus l'essence se laisse facilement aspirée par rapport a l'air. On risque donc d'avoir un mélange trop riche. Pour remedier a cela il existe un procédé qui s'appelle l'automaticité qui agit sur le débit d'essence en fonction du régime.

3) Le carburateur WEBER 40 DCOE en détail





Carburateur = Appareil dans le quel un carburant vaporisé est mélangé à de l'air.


4) Comment ca marche ?

Un carburateur ressemble à un vaporisateur de parfum. La circulation du gaz (ou de l'air) dans la partie supérieure met en dépression le liquide qui se trouve dans le réservoir, en dessous. Il est alors aspiré et finit par se mélanger au gaz. Il se divise en trois parties principales: Une cuve pour stocker une petite quantité de combustible avant qu'il ne soit mélangé à l'air. Un système de régulation pour le débit d'air. un système de contrôle de la quantité de carburant qu'il faudra mélanger à l'air.

A) premiere fonction :

La cuve de stockage est munie d'un système de robinet automatique très simple, destiné à y maintenir un niveau constant. Ce premier système participe à la continuité de la proportion air/essence. Il s'agit d'une sorte de bouée nommée "flotteur" , qui monte et descend avec le niveau de l'essence contenue dans la cuve. Ce flotteur commande plus ou moins directement une espèce de soupape, le "pointeau", placé à l'endroit ou l'essence pénètre dans la cuve du carburateur. Lorsque le niveau descend, le pointeau , solidaire du flotteur, libère le passage de l'essence vers la cuve. Le niveau remonte, le couple pointeau/flotteur suit toujours, jusqu'à commander la fermeture de l'arrivée d'essence.

Ainsi, de montée en descente, au fil des consommations plus ou moins importantes du moteur, le niveau de l'essence dans la cuve reste constant.

B) Deuxième fonction :

Contrôler le passage de l'air vers le moteur. On utilise un barrage mobile commandé par le câble de la poignée de gaz, une sorte de guillotine qu'on appelle le "boisseau" et qui coulisse de bas en haut, dans le conduit de passage de l'air.

C) Troisième fonction :

Il doit assurer et réguler le passage de l'essence contenue dans la cuve, vers l'air en train de s'engouffrer dans le moteur par le conduit. C'est le rôle du "puits d'aiguille" en liaison avec "l'aiguille". Une cheminée située verticalement au-dessus de la cuve assure le passage vers le "venturi", dans lequel l'air aspiré par le moteur crée une dépression qui "suce" l'essence au passage. La taille du passage d'essence doit pouvoir varier, pour accorder le débit de l'essence à celui de l'air. Fonction assurée par l'aiguille , solidaire du boisseau ; qui se déplace de bas en haut, au centre du puit d'aiguille . A mesure qu'elle se soulève, sa forme conique, libère un passage de plus en plus important entre elle et le puit d'aiguille. Les deux variations du débit carburant/comburant sont correspondantes puisque l'aiguille , accrochée sous le boisseau se déplace exactement en même temps et de la même manière que lui.

Ainsi présenté, le carburateur apparaît comme une machine fort simple. En fait, de nombreux systèmes périphériques viennent affiner le dosage à différents moments...

5) Réglages

Réglages de base : Ce sont les plus fréquents et concernent le ralenti et la progression (régime intermédiaire). On agit sur 6 vis : une vis de ralenti située près de la rotule de commande d'accélérateur une vis de synchronisation, entre les deux carburateurs quatre vis de richesse, les plus proches de la culasse

La vis de ralenti fixe la position de fermeture maximum (butée) des 4 papillons contrôlant l'arrivée d'air dans les cylindres : en la vissant on ouvre plus les papillons, le moteur accélère.

La vis de synchro fixe la position relative des deux paires de papillons. En la vissant, on augmente l'influence du carburateur de droite (cylindres 3 et 4, avec la convention du N° 1 coté volant moteur).

Il y a une vis de richesse par cylindre : en la dévissant on laisse passer plus d'essence (émulsionnée avec un peu d'air au niveau du gicleur de ralenti ) pour un volume d'air aspiré constant (papillon fixe). On augmente donc la richesse du mélange essence/air .

Outillage : Un tournevis assez court pour accéder à la vis de richesse du cylindre N°1 et si possible un compte-tours sensible dans la gamme 0 - 2 000 t/mn, pouvant détecter des variations de 20 à 50 t/mn. Une pissette avec de l'essence.

Pour régler la synchro. Il existe des jauges à colonne de mercure pour mesurer simultanément la dépression dans les 4 tubulures d'admission. Ces appareils sont valables et indispensable pour un réglage fin.



Réglage approché de synchro : Dévisser les 4 vis-bouchon en laiton située près des vis de richesse. On aperçoit alors les 2 (ou 3 selon les modèles) trous de progression et la tranche des papillons. Ces trous assurent une carburation progressive entre le ralenti et environ 2500 à 3000 t/mn, lorsque le papillon est encore quasi vertical :l'émulsion air/essence fournie par le gicleur de ralenti est aspirée à travers ces trous, en supplément de celle aspirée via les vis de richesse ( au delà, leur rôle s'estompe car le dépression en aval du papillon chute avec l'ouverture de ce dernier).

Réglage approché de la richesse : On part de vis de richesse vissées en butée (pas trop fort !). Selon les modèles (45DCOE 38/39 avant ou après l'indice 1000, 45DCOE 63/64 ou 68/69...) on dévisse chaque vis de richesse de ½, 1, ou 1,5 tours. Dans le doute, dévisser d'un tour.

Réglages fins : Amener le moteur au moins à 90°C et régler le ralenti vers 1200t/mn. Pour chaque vis de richesse serrer ou desserrer par quart de tour (en attendant au moins 5 secondes après chaque quart de tour) pour obtenir le régime maxi. L'objectif est de trouver (si possible) le point de réglage où visser ou dévisser la vis de richesse de 1/16 de tour entraîne une chute de régime (d'où l'intérêt du compte-tours sensible). Vérifier l' équilibrage des 4 cylindres en mettant à la masse successivement chaque bougie ( tournevis placé entre le puits de bougie et le ''*@§!*'' HT) : on doit constater un chute à peu près égale du régime.

Vérifier la synchro en mettant à la masse (ou débranchant) les cylindres 1 et 2 puis 3 et 4 : là encore on recherche une chute égale de régime, sinon augmenter (ou diminuer) l'influence du carbu de droite en vissant(ou dévissant) la vis de synchro. Donner un coup d'accélérateur entre chaque intervention pour que les jeux divers se stabilisent. Rétablir le ralenti à son régime habituel... puis recommencer tous les réglages fins car il y a hélas une interdépendance entre tous ces paramètres !

Pour vérifier la qualité d'un réglage, envoyer une faible giclée d'essence avec la pissette dans chaque corps de carbu : un bon réglage doit tolérer un enrichissement momentané du mélange sans provoquer de variation de régime. Si on constate un accélération c'est que le réglage est trop pauvre. Un ralentissement au contraire signale un réglage trop riche.

Pour terminer, augmenter un peu le ralenti, car il aura tendance à chuter légèrement quand on refermera le capot moteur.

Attention :


Vis de richesse. C'est une vis-pointeau de précision, à extrémité conique. Si elle a peu (ou pas) d'effet sur le régime moteur, la démonter pour vérifier le cône. La remplacer en cas de doute. Au pire, le siège est abîmé et là il faut remplacer le carbu ...ou vivre avec un ralenti médiocre. Mais d'autres causes peuvent être à la base de cette insensibilité, telle un prise d'air.

Prise d'air. Arroser d'un peu d'essence la bride de fixation du corps en question : si le régime chute, commencer par resserrer les écrous de fixation. Sinon, déposer le carbu et changer les joints (ou la bride souple, selon les montages)

Gicleur de ralenti bouché. Un signe est que tout va bien au delà de 3000 t/mn environ. Dévisser le porte-gicleur et vérifier en soufflant. De l'essence coule à l'intérieur des deux corps : déposer le couvercle, le flotteur et le pointeau qui est probablement coincé par un débris . Démonter les 2 bougies et faire tourner le démarreur pour évacuer l'essence des cylindres.

Gicleur de pompe bouché. C'est une panne assez fréquente car ce gicleur est très petit (0,35mm de diamètre).Enfoncer et faire tourner à la main un foret de diamètre D=1,5mm dans le tube (pas dans le gicleur !) .

Enfin il existe un dernier ajustement possible : la hauteur du flotteur. Celle ci a un rôle certain sur la transition vers 3000 t/mn, et, selon les auteurs, un certain rôle sur la richesse à haut régime. Pour un flotteur de 23 grammes, la hauteur est de 5,5mm (8mm pour un flotteur de 26 g). Elle se contrôle avec un foret de 5,5mm (ou 8mm) , le couvercle de cuve tenu verticalement, joint de cuve en place et flotteur pendant vers le bas. Le foret porte sur le coté du flotteur et non sur la soudure centrale. La languette supérieure doit être en léger contact avec la bille à l'extrémité du pointeau . Au besoin on tord cette languette. La course du flotteur, peu critique, est d'environ 13 mm.

source: http://nordracing.free.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thecarofvlad.new.fr
 
TUTORIAL - LE CARBURATEUR WEBER 40 DCOE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TUTORIAL - LE CARBURATEUR WEBER 40 DCOE
» weber DCOE vs DCOM
» carburateur weber 32dir21t
» cornet carburateur weber 34 simple corps
» Trouble carburateur weber dcoe 45

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEAM FPT :: PADDOCK :: ATELIER :: INFOS CARBUS-
Sauter vers: